Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sam de beauregard

Sam de beauregard

Derrière SAM , on retrouve Annie Lydie Frouard, une artiste de Doyet (Allier ) France. Elle expose des tableaux, ainsi que des sculptures, en bois,poussière de marbre et résine. Le travail présenté, tourne autour, d' un univers, rempli de rêverie , de féerie qu' affectionne particulièrement l ' artiste SAM Annie Lydie Frouard peintre autodidacte.Elle peint depuis plus de 50 ans et présente des femmes alanguies,au visage, mi sculpture, mi peinture, apaisées ou apeurées,mais où l' on voit toujours, une note d' espoir dans les yeux: pour vivre et survivre dans ce monde sans pitié. Annie Lydie Frouard a plus d' une corde à son arc artistique. La plasticienne manie aussi les mots, puisqu'elle est l' auteur de plusieurs poésies, elle a déjà obtenu de nombreuses récompenses dans ces différents domaines de prédilection. Pour toute personne, qui serait intéressée par un tableau: Veuillez s' il vous plaît,lui laisser un message sur son blog.Elle peint son imaginaire, très fertile, pour que chacun, puisse partager ses rêves. Par conséquent,pour accéder à vos souhaits,ses œuvres sont à des prix très judicieusement Class. Bien évidemment,chaque peinture est une pièce unique.Toutes les miniatures sont composées sans loupe.Comme plusieurs personnes, sont intéressées par mes œuvres, merci d' avance ,de me laisser un message, sur mon blog, pour tout achat ...Je vous répondrai. Salutations Poétiques. Les dessins sur ce monde actuel, ses réalités seront traités sous forme de PAMPHLETS : signés AMY .

Publié le par Lydie Frouard
"  LES FAKIRS "  Peinture gouache sur bois.  10 cm x 5 cm.

" LES FAKIRS " Peinture gouache sur bois. 10 cm x 5 cm.

Commenter cet article
P
Les Fakirs me font penser à deux femmes qui s'insurgent contre un monde qui n'existe plus. Les pointes de la planche deviennent des idées que l'humain jette sans réfléchir, comme une vérité. Cet humain ne l'est plus, il jette, pique, mord, detruit. Les clous de la planche lui crèvent le coeur, les yeux parce qu'il ne s'est pas mis dans le bon sens. Au lieu de s'installer sur le dos et sentir quelques piqûres, il se met côté face et préfère avoir mal mais ne rien voir. Ainsi il tourne le dos, se fait mal, a les yeux crevés et se venge. Ne voyant plus, saignant, il devient enragé. La douleur, il la jette au visage. Plus de limites, de la souffrance de la haine. Mais les Fakirs de Sam sont beaux. Ils (elles) sont resté(e)s face à la réalité, installe(e)s sur les piques de la vie, le regard clair ne refusant pas les verités. Ils regardent dans la même direction. Merci Sam, encore un voyage.
Répondre
L
Merci Poô pour ton commentaire, tu suis parfaitement, les sillages de mon imaginaire, toujours fidèle dans la compréhension de mes œuvres. Respectueusement SAM

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog